ETABLE  expérimentale des Verrines,  POITOU-CHARENTES. © inra, Jean-Claude Emile

Des dispositifs expérimentaux ouverts à la communauté scientifique

Système d'observation et d'expérimentation pour la recherche en environnement

Des prairies semées en alternance avec des cultures annuelles contribuent-elles à préserver l’environnement et la biodiversité ? Seuls des systèmes expérimentaux de longue durée permettent d’analyser l’impact des prairies sur l’environnement, comme les SOERE créés par le ministère en charge de la recherche.

Mesure de la vitesse de filtration du sol avec un infiltromètre double anneau, dans le cadre du projet Ecofinders, sur le SOERE ACBB à Lusignan. © inra, Christophe Maitre
Par Service communication INRA Poitou-Charentes
Mis à jour le 12/01/2017
Publié le 31/01/2013

L'action de l'homme a des conséquences à long terme sur l'environnement. Pour les mesurer, le ministère en charge de la recherche a créé des Systèmes d'observation et d'expérimentation pour la recherche en environnement (SOERE). Dispositif expérimental unique en Europe, le SOERE "Agro-écosystèmes, cycles biogéochimiques et biodiversité" (ACBB) a été mis en place à partir de 2003 par les équipes de l’Inra, avec l’appui de l’Institut national des sciences de l’univers (Insu). Pour étudier l'évolution des prairies sous l'action de l'homme et ses conséquences sur l'environnement, il rassemble trois sites d'expérimentation à long terme :

Theix-Laqueuille (Auvergne) : prairies permanentes
Lusignan (Poitou-Charentes) : rotations prairies semées / grandes cultures
Mons-en-Chaussée (Picardie) : grandes cultures

Un observatoire inscrit dans une dynamique mondiale

Les plateformes du SOERE-ACBB sont ouvertes à la communauté scientifique mondiale. Elles mettent les mesures et résultats des recherches à la disposition des scientifiques et peuvent accueillir des chercheurs étrangers. Le SOERE-ACBB s'inscrit dans la dynamique des grands réseaux mondiaux de recherche (Anaee, Neon). Les données sont sauvegardées sur des bases accessibles à terme par le réseau et des échantillons sont conservés en collections (sol, poudre végétales, eau du sol).

À Lusignan : 25 hectares et 400 capteurs pour étudier la prairie sur plusieurs décennies

Le dispositif de Lusignan fait varier différentes durées de vie de la prairie par rapport aux cultures annuelles (maïs, blé, orge), deux niveaux d’utilisation d’engrais azoté et deux modes de gestion de la prairie : fauche ou pâture.
Ces conduites sont déclinées en différents traitements :
• Une rotation de cultures annuelles (témoin sans prairie)
• L’alternance de 3 ans de prairie, fertilisée en azote et fauchée, et de 3 ans de cultures annuelles.
• L’alternance de 6 ans de prairie, fertilisée en azote et fauchée, et de 3 ans de cultures annuelles.
• L’alternance de 6 ans de prairie, non fertilisée en azote et fauchée, et de 3 ans de cultures annuelles.
• Une prairie installée et pérennisée au moins 20 ans, fauchée (témoin sans cultures annuelles)

Paramètres mesurés sur la prairie semée

Météo : température et humidité, pluviométrie…
Flux atmosphériques : dioxyde de carbone (CO2), eau (H2O), protoxyde d’azote (NO2)
Qualité du sol : analyse chimique et géochimique jusqu’à 1,20m de profondeur, pH, conductivité, matières organiques, température et humidité du sol…
Qualité de l’eau du sol : analyse chimique
Biodiversité : microorganismes, insectes, acariens, vers de terre, plantes sauvages
Végétation : quantité et composition des feuilles, tiges et racines des plantes semées pour constituer la prairie

Contact(s)
Auteur(s) :
Service communication INRA Poitou-Charentes
Autre(s) contact(s) :
Chabbi Abad, coordonnateur national du SOERE ACBB (+33 (0) 5 49 55 61 78), Charrier Xavier, responsable du site ACBB de Lusignan (+33 (0) 5 49 55 60 62)