Plantation d'une haie agroécologique à Saint-Laurent-de-la-Prée

Jeudi 2 avril 2015 à Saint-Laurent-de-la-Prée, l’Inra a planté une haie de 80 mètres pour favoriser la biodiversité de la faune et de la flore.

HAIE  plantée le 2 avril 2015 à Saint-Laurent-de-la-Prée (Poitou-Charentes) dans le cadre de l'expérimentation-système Transi'marsh. Essences plantées : tamaris, prunelier, saule roux, églantier, frênes, ormes. © Daphné Durant
Par Service communication Inra Poitou-Charentes
Publié le 10/04/2015

Le marais abrite une faune et une flore riches et spécifiques. Maintenir des systèmes d’élevage durables dans cette zone constitue un enjeu majeur pour les préserver. Depuis 2009, l’unité expérimentale Inra de Saint-Laurent-de-la-Prée opère une transition agroécologique. Elle expérimente un système d’élevage et de cultures en marais, à la fois autonome et favorable à la biodiversité : "Transi'marsh". Appliquer les principes de l'agroécologie passe aussi par le maintien, voire l’aménagement d’éléments paysagers comme les prairies humides, les haies ou arbres isolés, les roselières, les bandes enherbées… Ces aménagements de nature variée favorisent la biodiversité car ils offrent une diversité d’habitats à la faune et à la flore et confortent les processus biologiques.

Une haie de 80 m de long a été plantée le 2 avril 2015, sur deux rangs. Sur les conseils de la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime, les arbres choisis sont adaptés aux conditions hydriques et de salinité du sol en marais : tamaris (espèce locale Tamaris Gallica), prunellier, saule roux, églantier, quelques frênes et quelques ormes. La plantation est financée par l’Inra et la Fondation Liséa Biodiversité. Elle a reçu un avis favorable de la Commission départementale des sites et du Ministère de l’écologie, dont l’autorisation est nécessaire pour l’estuaire de la Charente « Site Classé » et situé en zone Natura 2000.

Cette haie devrait :
• être favorable à la faune auxiliaire des cultures (abris, refuge hivernal et source de nourriture) : carabes, syrphes, pollinisateurs (abeilles domestiques et sauvages), certains oiseaux,
• être favorable aux oiseaux nicheurs (site de reproduction, site d’alimentation),
• servir de brise-vent pour des ruches accueillies sur le domaine,
• contribuer au stockage de carbone (et ainsi lutter contre le réchauffement climatique).

Notre volonté est d’augmenter les aménagements paysagers sur la ferme expérimentale pour les bénéfices qu’ils pourront apporter. Cette haie sera couplée à des bandes enherbées de 5 m de large de chaque côté. Elle viendra compléter d'autres surfaces d’intérêt écologique que sont les bandes enherbées déjà présentes sur la ferme expérimentale (9 km de bandes enherbées, qui représentent presque 5 ha en surface).