• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Régate : une course contre le changement climatique

Le projet Régate (Réponse germinative à la température) cherche des espèces fourragères dont les graines résistent au changement climatique pendant la germination. Financé par le Casdar du Ministère en charge de l’agriculture, il est porté à l'Inra par l’Unité de recherche pluridisciplinaire prairies et plantes fourragères (URP3F) en partenariat avec l’ACVF et le Geves.

Envoi de graines pour des tests de germination à différentes températures dans six lieux différents, dans le cadre du projet Casdar Regate en partenariat avec l'ACVF et le Geves.. © Inra, Armelle Pérennès
Par Amel Koubaïti
Mis à jour le 30/03/2018
Publié le 19/11/2017

Des graines résistantes au changement climatique

Régate cherche à mettre en évidence les variations de germination chez deux espèces fourragères – le ray-grass anglais et la fétuque élevée – en fonction de la température. À partir de populations de ces deux espèces d’origine géographique différentes, et à partir d’individus obtenus par les sélectionneurs, il s’agit d’étudier et de montrer la variabilité et la diversité présentes dans la nature. Les chercheurs espèrent trouver, parmi cette diversité naturelle, des semences capables de résister à des conditions extérieures inhabituelles dues au changement climatique. « Il faut des variétés capables de résister au froid, à la chaleur, à la sécheresse » affirme Abraham Escobar-Gutiérrez, chercheur en écophysiologie des plantes. En plus d'enrichir les connaissances sur la diversité des graminées, le projet Régate pourra aider les sélectionneurs de variétés fourragères à créer de futures espèces.

Les expérimentations se déroulent à trois endroits : à l’URP3F à Lusignan, chez les obtenteurs de l’ACVF (pour la levée et les multiplications) et au Geves (pour le vieillissement des semences et les expérimentations en conditions extrêmes). Innovant, ce projet voit le changement climatique comme un nouveau défi et il a déjà engendré des découvertes surprenantes. Certaines espèces « domestiquées » ont ainsi réussi à lever malgré des températures basses (5 ou 10°C).

Identifier les facteurs dont dépend la germination des plantes

« Régate mobilise beaucoup de personnel. Les graines germées sont comptées et phénotypées à la main » explique Abraham Escobar-Gutiérrez. Pour l’instant, seul un facteur de germination est pris en compte : la température. À l’issue du projet Régate, d’autres facteurs pourraient être étudiés, comme l’ensoleillement et l’humidité. Réponse (germinative) dans deux ans !

Partenaires :
ACVF (Association des créateurs de variétés fourragères)
Geves (Groupe d'étude et de contrôle des variétés et des semences)

Soutien financier :
Casdar (Compte d’affectation spéciale « Développement agricole et rural ») 2015-2019

En savoir plus : http://www6.inra.fr/regate/