L'Inra coordonne un projet scientifique pour mieux connaître la biodiversité et le fonctionnement des sols d'Europe

Indispensables pour leurs services agricoles et environnementaux, les sols subissent pourtant de multiples pressions : érosion, salinisation, compaction, diminution des surfaces agricoles… A Lusignan, l'Inra gère l'un des cinq observatoires européens du projet scientifique Ecofinders, pour caractériser la biodiversité et le fonctionnement biologique des sols en Europe. Du 15 au 19 octobre 2012, cinq équipes de chercheurs français et hollandais s'y sont installées pour passer au crible la terre mélusine.

Ingénieurs et scientifiques décident où effectuer des prélèvements de sol sur les 25 hectares du Système d'observation et d'expérimentation pour la recherche en environnement (SOERE) sur les prairies semées, à Lusignan. © inra, Christophe Maitre
Par Service communication Inra Poitou-Charentes
Mis à jour le 29/08/2013
Publié le 15/02/2013

Quelle biodiversité peut-on trouver sous une forêt, une prairie ou un champ cultivé ? Réponse : d'innombrables petits animaux comme les lombrics ou les insectes (1 à 5 tonnes par hectare), quantités de champignons (3,5t/ha) et de bactéries (1,5t/ha). Au delà de cette fantastique biomasse, ces organismes représentent une gigantesque biodiversité dont le fonctionnement contribue aux services agricoles et environnementaux délivrés par les sols : la croissance et la santé des plantes, la diminution de l'effet de serre grâce au stockage de carbone, la biodégradation des composés toxiques dans les sols contribuant à la filtration de l'eau, ou encore la prévention des inondations grâce à la régulation de l'eau.

L'Europe manque d'informations sur la biologie des sols 

La Commission européenne veut préserver les fonctions du sol, les restaurer le cas échéant, et éviter de nouvelles dégradations. Mais pour mettre en place une politique de gestion durable des sols, elle a besoin de mieux connaître la biodiversité du sol et sa traduction en services agricoles et environnementaux selon le type de sol, le mode d'usage des sols (prairies, forêts ou cultures, permanentes ou temporaires, avec ou sans engrais) et le type de climat. C'est ce que propose le projet Ecofinders, coordonné par l'Inra et financé à hauteur de 7 millions d'euros par l'Union européenne pour 4 ans, de 2011 à 2014.

Lusignan : l'un des 5 observatoires européens de recherche en environnement 

Plus de 200 chercheurs de 10 pays européens travaillent sur des échantillons de sol prélevés dans 85 points d'Europe, et sur 5 observatoires de longue durée représentatifs des différents climats, types et usages de sols européens : Lusignan en France, Lancaster en Angleterre, Lamborn en Suède, Veluwe aux Pays-Bas et Berchidda en Italie. Les scientifiques mesurent les services agricoles et environnementaux des sols et observent en quoi leur biodiversité contribue à ces services. Deux campagnes de mesures sont menées par an, au printemps et à l'automne. En octobre 2012, Lusignan a accueilli cinq équipes de recherche de l'Inra d'Orléans, Rennes, Dijon et Avignon, et une équipe hollandaise.

Prédire comment vont évoluer les sols selon différents paramètres 

En laboratoire, les chercheurs font ensuite varier la température, l'humidité et la biodiversité de blocs de sol, pour évaluer l'impact de ces variations sur les services agricoles et environnementaux du sol. A la fin du projet, ils disposeront d'un référentiel permettant d'interpréter les résultats d'analyses biologiques des sols pour effectuer des diagnostic de l'état des sols et disposer d'éléments de prédiction de l'évolution de la biodiversité du sol et des services qu'elle apporte, en fonction de différents scénarios possibles faisant intervenir le climat et la politique de gestion des sols.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :