• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Quelles sont les valeurs fourragères des arbres pâturés ?

L’unité expérimentale Ferlus participe au projet Parasol, financé par l’Ademe et piloté par la scop Agroof. Ce projet de recherche en agroforesterie vise à mieux comprendre les interactions entre arbre, élevage et pâturage. Explications de Jean-Claude Emile de l’unité Ferlus, qui évalue la valeur fourragère des feuilles d’arbres.

Soutenu financièrement par l'Ademe et piloté par la scop Agroof, en partenariat avec l'institut Lassale Beauvais, l'institut de l'élevage, l'Inra, le projet Parasol vise à étudier et mieux comprendre les interactions arbre/élevage/pâturage pour imaginer de nouveaux systèmes à la fois productifs et adaptés aux nouvelles perspectives bioclimatiques.
Mis à jour le 12/07/2017
Publié le 12/07/2017

Quelle valeur fourragère des arbres ? PARASOL - action 3 - ITW JC. Emile - INRA Lusignan from AGROFORESTERIE - AGROOF scop on Vimeo.

 

À Lusignan, l’unité Ferlus et son dispositif expérimental Oasys participent à évaluer la composition biochimique et minérale, la valeur alimentaire et la présence de facteurs antinutritionnels de ces  ressources fourragères, en fonction de l’espèce, de la saison et du mode d’exploitation des arbres. Ces travaux sont conduits avec la participation des laboratoires Inra de Lusignan (P3F), St Gilles (Pégase), Bordeaux (Usrave) et Theix (Herbivores).

Résultats attendus :
• des références sur la valeur fourragère d’une diversité d’espèces ;
• des propositions d’itinéraires techniques pour valoriser ces ressources ;
• des propositions d’intégration de cette ressource dans les rations des animaux.

En savoir plus

Parasol : un projet de recherche pour l’agroforesterie
en élevage ovin

L’agroforesterie est l’association, sur une même surface, d’arbres et de cultures et/ou d’animaux. Courants il y a quelques années, ces systèmes mixtes ont diminué en raison des contraintes techniques et réglementaires liées à la modernisation de l’agriculture. Aujourd’hui, ces systèmes sont repensés et apportent des solutions intéressantes aux enjeux agricoles et environnementaux dans un contexte de changement climatique. L’augmentation des sécheresses impacte les rendements des cultures, le bien-être animal, et l’autonomie fourragère et alimentaire des élevages.

L’agroforesterie peut-elle faciliter l’adaptation des systèmes d’élevage ovins au changement climatique ? Si oui, de quelles manières et avec quelles conséquences sur l’exploitation agricole ?

Plusieurs partenaires participent au projet Parasol : le bureau d’études Agroof, l'institut Lassale Beauvais, l'institut de l'élevage, l’Inra (centres Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine-Poitiers).

http://www.parasol.projet-agroforesterie.net/