Soutenance de thèse

Lina Ahmed, étudiante irakienne (Kurdistan) a soutenu sa thèse de doctorat de l’Université de Poitiers, le 10 juillet 2015 à l’Inra de Lusignan. Le titre de son travail est « Analyse de la variabilité inter- et intra-spécifique de cinq espèces prairiales en réponse à la température pendant la germination et la phase hétérotrophe initiale ».

Dactyle, Centre Poitou-Charentes. © inra, Armelle Pérennès
Par Jean-Louis Durand
Publié le 17/07/2015

Lina Qadir Ahmed a présenté ses résultats et répondu aux questions sur son travail, devant un jury composé de Marie-Pascale Prud’homme, Florence Volaire, Jean-Philippe Biolley et Abraham Escobar Gutiérrez, son encadrant au sein de l'Unité de recherche pluridisciplinaire prairies et plantes fourragères (URP3F).

Conduit dans le cadre du projet Climagie (métaprogramme ACCAF), ce travail fondé sur une expérimentation très lourde et rigoureuse a duré plus de trois ans et nous apporte une vision nouvelle de la réponse et de l’adaptation des espèces fourragères aux variations de températures. De façon inattendue, les pourcentages de germination des populations de ray-grass anglais, de dactyle et de fétuque élevée ont révélé de fortes variations en fonction de la température dans la gamme 5-40°C. Ces premiers résultats confirmés depuis, ouvrent des perspectives inattendues sur l’écologie de ces espèces. Ces résultats suggèrent en effet que la réponse à la température pourrait être un caractère adaptatif, les populations récoltées en régions méditerranéennes semblant germer à des températures très nettement inférieures à celles des populations issues de régions tempérées. Ces pistes sont actuellement suivies en lien avec les obtenteurs de l’ACVF et le Geves dans le cadre du projet RéGàTe, soutenu par le ministère de l’agriculture et de la forêt. Ils apportent un élément très important à nos capacités de sélectionner des prairies mieux adaptées aux conditions climatiques telles que les projettent les climatologues pour le milieu et la fin du siècle.